Bernard Lompré

Tatouages, Permaculture et Spiritualité

En pratique

Rencontre avec Mickey

La dépêche du dimanche 5 novembre 1995

La dépêche du dimanche 5 novembre 1995

Mickey est originaire de Salon de Provence, il est sur le territoire pour rendre visite à des amis, et il porte sur la poitrine un vieux tatou représentant un cœur. Ces amis lui avaient parlé de Chimé, malheureusement Chimé étant absent du territoire, ils se sont mis à la recherche d’un autre artiste car Mickey ne voulait pas repartir sans un tatou polynésien.

 

C’est ainsi qu’ils ont rencontré Susana lors d’une de ses démonstration au Chinese Café du Petit Village à Moorea.

 

La dépêche du dimanche : Vous avez profité de votre séjour pour recouvrir par un tatou polynésien un vieux tatou, pourquoi cette attitude ?

 

Mickey : Le cœur que je portais ici a été fait il y a très longtemps, je devais avoir quinze ou seize ans.
A cette époque je voulais être tatoué pour montrer à celle que j’aimais que mon amour pour elle était éternel.

 

La dépêche du dimanche : et bien évidemment vous changez de tatouage car vous avez changé de compagne ?

 

Mickey : Mais absolument pas, c’est toujours la même personne, et elle est ici à mes côtés, je veux faire recouvrir ce cœur pas pour l’effacer car il restera toujours avec moi, mais pour avoir une marque plus esthétique, plus artistique, qui aura la même signification.

 

La dépêche du dimanche : Mais alors pourquoi ne pas conserver ce tatou et en faire un autre sur une autre partie du corps ?

 

Mickey : C’est l’emplacement que j’aime, et, pour moi un tatou est d’abord de l’art.
Mon ancien tatou était un peu rustique à mes yeux, les tatous polynésiens son tellement beaux que, en arrivant ici, j’ai immédiatement pensé à faire refaire le cœur qui a bien perdu d’éclat et de couleur.

 

La dépêche du dimanche : Vous avez apporté chez la tatoueuse, le livre « Tatau » et quelques dessins, comment cela s’est-il passé ?

 

Mickey : Les différents dessins, que j’ai fait pour montrer à Susana l’esprit de ce que je voulais ont été inspiré de cet ouvrage.
Je pense qu’il y a une grande carence sur le sujet, nous avons cherché partout de la documentation pour connaître l’origine et la signification des tatous, en vain.
Pourtant nous aurions beaucoup aimé trouver quelque chose qui explique clairement chaque motif et comment les organiser.
Nous avons aussi appris qu’à l’OTAC il existe un livre en allemand mais aucune traduction, c’est bien décevant.
Heureusement, quand nous avons été face à Susana, ele nous nous a expliqué qu ‘il ne fallait pas faire de mélange entre les différents tikis.

 

Certains types de bouches doivent être associés avec certains yeux, alors que dans mes dessins j’avais un peu tout mélangé.
Mais nous sommes parvenus à un dessin homogène, en prenant une partie de mon dessin et en choisissant dans son cataloue une autre partie, nous sommes ainsi parvenus à un ensemble cohérent qui sera absolument unique dont je suis très fier.

Rencontre avec Pierre
Rencontre avec Manault