Bernard Lompré

Tatouages, Permaculture et Spiritualité

En pratique

Rencontre avec Jean louis et Linda

On ne vient pas toujours à Tahiti pour son climat et la beauté de ses îles. D’autres motivations peuvent pousser au déplacement, comme le prouve l’histoire de ce couple venu se faire tatouer.

 

Quand Jean Louis (la quarantaine) était jeune adolescent, son père, marin, lui avait rapporté de Tahiti, une image de Tiki. Plus tard il a apporté cette image à un bijoutier parisien qui lui en a réalisé une copie montée sur une bague.

Cette bague est l’emblème de son père, et il ne la quitte plus, par contre il ne sait plus où se trouve l’image originale.
Puis, un jour, à Paris, en parlant avec ses collègues, il a appris l’existence de Chimé à Moorea et a décidé de venir pour recevoir son tatou.
Il est venu, a montré la bague à Chimé qui le lui a tatouée sur l’épaule. C’était en février 95.

l est revenu, accompagné, pour la même raison

Plus tard Jean Louis rencontre Linda et ils décidèrent de partir en voyage de fiançailles. Voici quatre ans que Linda rêvait d’avoir une petite tortue tatouée.

C’est ainsi qu’ils décident de revenir en Polynésie pour que Jean Louis fasse retoucher son tatou dont l’éclat avait terni et qu’il voulait entourer d’un soleil et Linda pour recevoir son premier tatou.

Arrivés ici, quelle ne fut pas leur consternation en apprenant que Chimé n’était plus ici, mais en Europe.
Après mûres réflexions, ils se rendent compte qu’en fait que ce n’était pas Chimé qui était le point majeur de leurs motivations, mais bien le fait de recevoir un tatouage en Polynésie.

 

Un autre tatoueur

 

Ils se mettent à la recherche d’un autre tatoueur qui s’est fait un plaisir de satisfaire leurs demandes.

Jean louis raconte encore : « ce pays est merveilleux et je veux en conserver un souvenir ineffaçable, cette bague, je peux la perdre, par contre, mon tatouage est pour toute la vie et c’est pour ça que je suis venu en février ici et c’est pour le tatouage de Linda que nous avons choisi cette destination actuellement. On rencontre des gens vraiment formidables ici. »

Linda prend la parole : «  en quatre ans à la recherche d’un tatoueur, je suis rentrée dans pas mal de studios parisien et c’est triste, ce n’est pas comme ici. Quand je voulais un dessin original, ils ne voulaient pas me faire d’études, par contre quand j’ai vu le dessin que le tatoueur a fait pour moi j’ai immédiatement craqué, j’ai eu l’impression que c’est ça que je cherchais depuis quatre ans. Nous avons rencontré aussi des bijoutiers qui travaillent l’or, près de l’aéroport de Moorea, dès que nous avons parlé un peu, le bijoutier a tout de suite compris ce que je voulais. On rencontre des gens vraiment formidables ici, ils vous comprennent, on se sent aimés, ce n’est pas comme à Paris. »

 

La grandeur du tatouage polynésien

 

Au premier voyage, Jean Louis est venu à la recherche d’un maître et non pour le site.
Au second voyage, le maître était absent, ils ont persévéré dans l’idée du tatouage car c’est en fait le but profond de leur déplacement.

Jean Louis raconte : « le travail polynésien du tatouage à main levée où chacun a une œuvre originale, possède une valeur artistique étonnante. En occident, quand vous désirez recevoir un tatouage, vous serez reçu dans une boutique sans charme ressemblant à une salle de soins hospitaliers. Par contre, se faire tatouer, allongé dans une chaise longue sous un cocotier au bord du lagon, représente un vécu unique et inoubliable. »

 

Tatou polynésien : des parures de rois

 

« D’autre part, rajoute Linda, les tatous occidentaux stéréotypés, sont de mauvais goût, sortis depuis peu des prisons ou des quais de marine marchande, ils ont un charme discutable. Les tatous polynésiens sont beaux, issus des parures de rois, de nobles et de gens puissants, ils ont conservé ce mana, ce pouvoir magique qui fascine. » Par contre, pour Jean Louis : «  Le tatou est une promesse définitive, comme un mariage, il est lié à l’inconscient, il fonctionne avec la séduction, le coup de foudre et l’irrationnel. Le tatouage polynésien est unique au monde, il est la spécificité, la différence et la base profonde de la culture polynésienne.

 

Bernard Lompré.

Rencontre avec Frankie
Rencontre avec Michel