Bernard Lompré

Tatouages, Permaculture et Spiritualité

En pratique

Portraits

Bernard Lompré et sa femme Susana, tous deux artistes, tentent l’aventure à BORA BORA.

Voyageurs dans l’âme ils ont choisi la perle du Pacifique comme port d’attache


Bernard LOMPRE, 45 ans, l’allure nordique est pourtant originaire de Rabat au Maroc. Ce fils de diplomate gardera de sa jeunesse le goût du voyage. « A 18 ans, 18 écoles ! » se plait-il à dire. A partir de 10 ans il fera de la peinture un passe temps. Après des études de psychologie dont il dira qu’il n’était pas fait pour ça, il embarque sur un voilier comme équipier, direction les Antilles.

            « Quand j’ai faim, il faut que je mange. Avec 4000 Fcp en poche, il fallait que je trouve du travail, et mes bras savent travailler ». Alors durant 4 ans en Guadeloupe il prendra la responsabilité du chantier de reconstruction d’un monument historique : l’église du Moule.

            Tout au long de cette tranche de vie, la peinture reste une amie fidèle. Il faudra attendre son retour en France pour qu’il décide d’en vivre. Se spécialisant dans les fresques murales, Paris, Aix-en-Provence, Toulon… verront leurs murs se recouvrirent des délires de cet artiste pas tout à fait comme les autres. Parallèlement, il fait des expositions de tableaux, peinture sur céramique, « abstrait alchimique » qui lui permettront d’acheter un voilier de 9m. Avec Susana qu’il rencontre à Lisbonne, c’est un nouveau départ. Aux Açores, autre style, il s’adonne à la peinture en lettres et crée une société de panneaux publicitaires 8m/3m. « Je garde une certaine nostalgie de cette période publicitaire où il faudra faire la jonction entre le coté efficace d’une publicité, « l’image qui frappe », et la valeur artistique que j’ai voulu mettre dans chaque panneau ».

 

MONUMENTAL

 

Attirés vers « l’ailleurs », ils vendent le bateau et partent avec leurs deux enfants pour les Etats-Unis. Là, du « grand », Bernard Lompré il passera au « monumental ». Tout au long de son périple, il signera de nombreuses fresques murales et acquerra la notoriété dans ce domaine, réalisant ses deux plus grandes œuvres en volume et en trompe l’œil, un immense hamburger de 5 étages de haut et trois orangers gigantesques sur une sphère de 9 étages.

            Les visas américains expirant, la décision est prise, la prochaine étape sera Tahiti. Susana s’installe comme tatoueuse à Moorea, tandis que Bernard décore « le Calypso » sur le front de mer de Papeete, la piscine, le restaurant du bar de l’hôtel Matavai… Toutes ces fresques étant réalisées à l’acrylique.

            « C’est la seule peinture je refuse de peindre à l’huile. Il faut que cela aille très vite, pour moi la peinture est liée à une performance. La fresque je viens de faire sur le fare Taahana tourisme, je l’ai commencée le matin pour finir le lendemain midi ».

            L’envie de poser les valises se faisant ressentir, Susana, Bernard et leurs deux enfants veulent faire de Bora Bora leur port d’attache, leur nouvelle terre d’aventures.

            Des projets ? Ils en ont plein la tête. Sur leur bateau « Pacific tatoo ». Alors que Susana exerce l’art du tatouage au « Beach Club », Bernard prépare une nouvelle exposition qui lui tient à cœur avec, entre autres, des vues aériennes de la perle du Pacifique en acrylique, personnifiées, imprégnées des légendes de nos îles, laissant découvrir des symboles de tatouage. Le rendez-vous est donc pris. Bienvenue à Bora Bora.

Ils ont jeté l'encre …
Folies ordinaires pour Sanary joli