Bernard Lompré

Tatouages, Permaculture et Spiritualité

En pratique

La balade de l’art autour du monde

Les peintres Bernard Lompré et Lucrecia créent une association avec un groupe de mécènes, pour favoriser es échanges artistiques internationaux

 

            De retour d’un long périple revoici le « Lompre 90 » avec des toiles nouvelles bien sûr mais aussi avec susana, sa compagne, devenue son épouse. Au terme de leurs pérégrinations en Thaïlande, en Malaisie et au Portugal, ces deux artistes peintres ramènent encore des projets.

 

            Bernard LOMPRE, artiste Sanaryen fit ses débuts en 81 après des études de psychologie et de sophrologie. Quelques expositions régionales mais aussi des réalisations de fresques notamment à l’Aqualand de St-Cyr et aux Sablettes sont à son actif. En 89, il axe ses recherches sur la céramique et la tapisserie au Portugal et cette année il met au point « l’abstrait alchimique » et signe deux expositions privées à Toulon. Lucrécia, c’est le pseudonyme de Susana est, quand a elle, née au Portugal. Après des études à l’école d’Artistes visuels « Antonio Arroio » à Lisboa, elle fait ses débuts en 89 sous la « tutelle » Lompré, « Et quand l’élève dépasse le maître », dit ce dernier, les œuvres sont superbes ! Tous deux travaillent  à bord de leur bateau le « Fijoa », ancré dans le port de Toulon. Au cours de leur voyage à travers le monde, ils ont réalisé que « l’art sera mondial ou ne sera pas et qu’il faut échanger les savoir-faire des cultures occidentales et orientales ». De  ce constat a germé le projet : »l’art du monde ». C’est le nom de baptême d’une future association loi 1901 qui destiné à favoriser les échanges artistiques internationaux. Pour cela, un groupe d’investisseurs est en train de se former auprès des peintres Lompré (Sanary) et Lucrecia (Lisbonne Portugal), afin de constituer une collection de 60 toiles sous le nom : « Les Racines ». Cet ensemble ne sera pas mis en vente avant l’an 2000. Ces toiles feront le tour du monde et la première invitation officielle émane du musée de Penang en Malaisie, la grande capitale artistique du sud-est asiatique.

U n seconde invitation provient d’un grand hôtel de Phuket en Thaïlande. La première destination de l’exposition « Les Racines » sera donc effectuée en extrême-Orient. Pourquoi cette appellation « Les Racines » ? Parce que 60 toiles seront les racines de l’association « L’art du Monde », qui veut créer une ambassade dans chaque pays. Pour l’instant Bernard Lompré et Lucrecia repartent en Malaisie mettre au point les détails de deux expositions.

Le tatouage : « Un art corporel en train de renaître »
Bernard Lompré, un artiste sans frontière