Bernard Lompré

Tatouages, Permaculture et Spiritualité

En pratique

Haute précision

 

Parfois vous voyez des grands tatoués qui ont les avant-bras totalement bleu-noir avec quelques marbrures de rouge et de vert …

 

Mais comment en est on arrivé là?

 

pig-tattooTout simplement en se faisant faire un gros tatouage couleur. Peu d’années après, les couleurs ont fané, laissant une première couche de gris.

 

Le tatoueur ravive alors les couleurs qui, dans le temps, auront le même cycle éphémère…  Les encres de couleurs sont photosensibles, elles se fanent vite en laissant une base grise…

 

Au bout du troisième passage, le gris est devenu foncé et les couleurs passent de plus en plus vite car elles sont mélangées à de nombreux autres pigments.

 

D’autres fois vous voyez des tatouages dont les lignes sont très épaisses et au bords flous…

 

 Mais comment en est on arrivé là?

 

tatouade-diffuseTout simplement avec un tatoueur débutant ou incompétent. Il va placer ses pigments trop profondément, dans le derme, les pigments vont alors diffuser sous la peau.

 

Le plus terrible est que cela ne se voit pas immédiatement. En sortant du salon de tattoo, le travail est fort joli, bien que douloureux et sanguinolent… Mais déjà quelques semaines plus tard, les traits se sont épaissis, et quelques mois plus tard, vous regrettez amèrement le choix de l’incompétent qui vous aura massacré la peau…

 

D’autres fois encore vous sentez et voyez que votre tatouage est en relief et qu’il est sensible au soleil, se mettant à gonfler…

 

 Mais comment en est on arrivé là?

 

tatouage-relief-keloideTout simplement avec un tatoueur pressé et incompétent qui va soigneusement déchirer votre peau, créant ce qu’on appelle une cicatrice chéloïde. La structure de la peau est traumatisée en profondeur, ce n’est plus un tatouage, mais une cicatrice colorée. La cicatrice est définitivement en relief et durablement intolérante au soleil.

 

Voici donc un tour d’horizon « réjouissant » des risques encourus en confiant sa peau à un incompétent…

 

Nota bene : Ne vous fiez pas aux tatouages tout frais photographiés par l’artiste, qui peut être un excellent dessinateur, mais choisissez un artiste après avoir vu un ou plusieurs de ses tatouages qui ont déjà cicatrisé et qui ont déjà quelques mois.

 

 

Ma technique de haute-précision

 

J’ai mis au point la technique de tatouage de haute-précision grâce à mes connaissances en histophysiologie du derme et de l’épiderme acquises au cours de mes études de médecine. Cette technique consiste à ne pas traumatiser le derme, en déposant les pigments uniquement sous la couche supérieure de la peau : l’épiderme.

 

 

histologie-dermiquederme-histologue

 

 

Donc, depuis plus de 20 ans, je réalise des tatouages qui ne diffusent pas, qui ne sont pas en relief, qui sont très peu douloureux et qui ne saignent pas à la réalisation…

 

DSCN3017dorsal

 

Un seul défaut cependant, ils nécessitent parfois une retouche car ils sont très fragiles à l’abrasion, pendant environ une semaine après leur réalisation.